Logo EMS

L’endométriose

Endométiose

Table des Matières:

  • Introduction
    • Présentation de l’endométriose
  • Définition de l’Endométriose
    • Processus normal du cycle menstruel
    • Anomalie liée à l’endométriose
  • Symptômes
    • Manifestations courantes
    • Impact sur la qualité de vie
  • Les trois types de l’endométriose
    • Lésions superficielles
    • Lésions ovariennes
    • Lésions profondes
  • Diagnostic
    • Méthodes de détection
    • Importance du suivi gynécologique
  • Traitements médicaux
    • Hormonothérapie
    • Ménopause artificielle et chirurgie
  • Traitements naturels
    • Solutions non chirurgicales
    • Adaptations de l’hygiène de vie
  • La cause de l’endométriose
    • Théories existantes
    • Recherche scientifique en cours
  • Conclusion

L’endométriose

Introduction

L’endométriose est une maladie gynécologique complexe caractérisée par des douleurs chroniques et parfois une infertilité. Cette maladie reste bénigne, mais peut avoir un impact conséquent sur la vie personnelle, conjugale, professionnelle et sociale d’une femme.

Définition de l’Endométriose

Tous les mois, le corps de la femme se prépare à accueillir un ovule fécondé autrement dit une éventuelle grossesse. À la moitié du cycle menstruel de la femme, un ovule est libéré par l’ovaire et descend vers l’utérus. En parallèle, les ovaires fabriquent des hormones qui vont épaissir et tapisser la paroi de l’utérus avec une muqueuse appelée l’endomètre.

Si la fécondation n’a pas lieu, l’ovaire diminuera sa production d’hormones et déclenchera le détachement du surplus de muqueuse utérine et l’évacuation de celle-ci par le vagin : les règles.

Chez certaines femmes, au moment des règles, sous l’effet de contractions utérines, une partie du sang peut se retrouver dans la cavité abdominale pelvienne.

Dans ce sang, se trouve des fragments d’endomètre qui peuvent se greffer sur le péritoine, une fine membrane qui recouvre tous les organes intra-abdominaux ou bien au-delà de cette membrane, en profondeur, où ils infiltrent différents organes et/ou structures anatomiques. 

En règle générale, les organes les plus touchés sont les ovaires, les trompes de Fallope, les organes digestifs et urinaires, mais dans les cas les plus sévères, les poumons et même le cerveau peuvent être touchés.

Ces fragments d’endomètre, appelés lésions d’endométriose, ont le potentiel de proliférer et de se répandre par des poussées rythmées par les règles menstruelles.
Ces lésions d’endométriose peuvent se comporter comme de véritables tumeurs bénignes qui infiltrent et déforment les organes tout en perturbent leur fonctionnement normal.

Symptômes de l’endométriose

Les lésions d’endométriose sont responsables de symptômes douloureux variés, qui se manifestent initialement pendant les règles. Au fil du temps, ces symptômes peuvent être ressentis également en dehors des règles, mais néanmoins leur intensité reste maximale pendant la période des règles.

Les manifestations classiques sont :

       • Dysménorrhée (règles douloureuses)
       • Dyspareunie (douleurs pendant rapports sexuels)
       • Dysurie (Difficulté à uriner)
       • Douleurs lombaires et pelviennes
       • Troubles digestifs
       • Fatigue chronique
       • Infertilité

En savoir plus sur les symptômes….

 

Les trois types de l’endométriose

Toutes les femmes atteintes d’endométriose ne sont pas obligatoirement symptomatiques ou porteuses de formes sévères. En effet, la maladie ne se développe ni de la même manière ni à la même vitesse d’une femme à une autre. Malgré des similitudes retrouvées, les symptômes et l’intensité de douleur sont propres à chacune et ne sont pas en corrélation avec le stade ou le type de l’endométriose.

Les spécialistes classent les lésions d’endométriose en 3 groupes majeurs :

 

Endométriose superficielle, localisées au niveau du péritoine, elles sont probablement les lésions les plus fréquentes. Ce sont des lésions de petite taille, superficielles, dont la profondeur d’invasion ne dépasse pas les 5 mm. 

Endométriose ovarienne sont des kystes de l’ovaire caractérisé par leur contenu liquidien couleur chocolat. De taille variable (de quelques mm à plusieurs cm), ces lésions ne sont pas véritablement des kystes intraovariens, comme les autres types de kystes de l’ovaire. Ils sont le résultat d’une invagination intraovarienne d’une lésion initialement à la surface de l’ovaire, et qui s’invagine progressivement dans l’ovaire comme une chenille pénètrerait dans une pomme.

Endométriose profonde, sous-péritonéales (infiltration supérieure à 5mm), sont des lésions fibreuses, dures, au sein desquelles le tissu endométrial hormono-dépendant est relativement peu représenté. Ces lésions ont tendance à infiltrer les organes qui les entourent, avec un comportement agressif qui rappelle celui des tumeurs, ce qui conduit à l’apparition des formes sévères

 Endométriose Diagnostic

Il existe plusieurs moyens de détecter l’endométriose: le test salivaire,  l’examen abdominal, le toucher vaginal ou rectal, mais les examens les plus fiables, restent, l’échographie pelvienne, l’imagerie par résonance magnétique et la cœlioscopie.

Il est donc important de respecter un bon suivi par votre Gynécologue. 

La maladie de l’endométriose est de plus en plus connue, mais le diagnostic reste malheureusement souvent tardif. Les femmes attendent en générale 7 ans avant d’être reconnues comme atteintes de cette maladie.

En savoir plus….

Endométriose Traitements médicaux 

À ce jour, il n’existe pas de traitement définitif de l’endométriose.

En revanche, si les symptômes ont un impact négatif sur la qualité de vie de la femme, il existe des solutions pouvant apaiser la douleur et autre complication suite aux symptômes.

En général, il est recommandé aux femmes de commencer par une hormonothérapie afin de ne plus avoir de règles et donc mettre en sommeil la maladie.

Suite à l’hormonothérapie, si les symptômes persistent une cure de ménopause artificielle peut être mise en place à l’aide d’injections d’analogues de la GN-Rh. Cette solution peut être efficace, mais est accompagnée d’effets secondaires assez compliqués (douleurs osseuses, bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, sécheresse de la peau, trouble de l’humeur, etc.)

Après l’hormonothérapie et/ou la ménopause artificielle, une chirurgie peut être proposée par un spécialiste de l’endométriose. Cette chirurgie complexe a pour objectif de retirer les nodules et les lésions afin d’éviter une potentielle récidive.

En savoir plus sur : Les Traitements Médicaux pour l’Endométriose: Du Soutien Psychologique à la Fertilité

 

Endométriose Traitements Naturels

Toutes les femmes n’ont pas la possibilité ou l’envie de subir une opération afin de soulager leurs symptômes. Heureusement, il existe plusieurs solutions naturelles qui peuvent aider a réduire les douleurs et aider à la détente :

L’application de froid ou de chaud sur les zones douloureuses ; ceinture chauffante, bouillotte, etc.

La consommation de tisanes de plantes comme par exemple l’achillée mille-feuille, L’utilisation d’huiles essentielles, des crèmes naturelles…

La méditation, l’hypnose, les massages ostéopathiques, la kinésithérapie, la sophrologie, l’acupuncture, etc.

L’adaptation de l’alimentation et de l’hygiène de vie ; éviter les aliments inflammatoires, respecter le cycle de sommeil.

En savoir plus: Combattre l’Endométriose Naturellement : Guide des Médecines Alternatives

 

La cause de l’endométriose

Plusieurs théories tentent d’expliquer le mécanisme d’apparition des lésions d’endométriose. De nombreux travaux scientifiques de recherche sont en cours afin d’expliquer plus clairement l’origine de la maladie.

Le reflux du sang menstruel à travers les trompes serait la cause principale de certaines lésions. Chez les femmes atteintes d’endométriose, des fragments d’endomètre se greffent de manière anormale sur le péritoine. Cette théorie de l’implantation a longtemps dominé la littérature scientifique. Elle explique l’apparition très fréquente des lésions d’endométriose disséminées chez les femmes présentant des malformations utérines qui gênent ou empêchent l’évacuation rapide du sang menstruel et augmente le reflux tubaire. 

Cependant, cette théorie n’explique pas l’apparition de l’endométriose chez des femmes avec une absence congénitale de l’utérus. Il est évident que les cellules d’endométriose ne sont pas de simples cellules transplantées de l’utérus vers l’abdomen, et que d’autres mécanismes interviennent dans l’apparition des lésions d’endométriose.

FAQ

L’endométriose est une maladie gynécologique caractérisée par la présence de tissu semblable à l’endomètre (la muqueuse de l’utérus) en dehors de l’utérus. Elle se manifeste par des douleurs chroniques, notamment pendant les menstruations (dysménorrhée), des douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunie), ainsi que parfois une infertilité. Les douleurs peuvent également inclure des difficultés à uriner (dysurie), des douleurs lombaires et pelviennes, des troubles digestifs et une fatigue chronique.

Il existe trois types principaux d’endométriose, classés selon le lieu et la profondeur de l’implantation des lésions : les lésions superficielles (sur le péritoine), les lésions ovariennes (kystes de l’ovaire à contenu liquidien couleur chocolat) et les lésions profondes (infiltration supérieure à 5mm), qui peuvent infiltrer les organes avoisinants et conduire à des formes sévères de la maladie.

Le diagnostic de l’endométriose peut être complexe et repose sur plusieurs méthodes : le test salivaire, l’examen abdominal, le toucher vaginal ou rectal, avec une confirmation possible par échographie pelvienne, imagerie par résonance magnétique (IRM) ou cœlioscopie. Un suivi gynécologique régulier est crucial pour un diagnostic précoce.

Il n’existe pas de traitement définitif pour l’endométriose, mais plusieurs options peuvent soulager les symptômes : la hormonothérapie pour mettre en sommeil la maladie, une cure de ménopause artificielle et, dans certains cas, une chirurgie pour retirer les lésions. Des traitements naturels, comme l’application de chaleur, la phytothérapie, ou l’adaptation de l’alimentation, peuvent également aider à gérer les symptômes.

La cause exacte de l’endométriose reste inconnue, mais plusieurs théories existent, dont la plus répandue est celle du reflux menstruel, où du sang contenant des fragments d’endomètre remonte à travers les trompes de Fallope dans la cavité pelvienne. D’autres recherches suggèrent des facteurs génétiques, immunitaires ou environnementaux comme contribuant à l’apparition de la maladie. Des études sont en cours pour mieux comprendre ces mécanismes.

Pour avoir encore plus d’informations, nous vous invitons à vous rendre sur l’excellent site :

https://www.endofrance.org/

Partager:

Plus d'articles:

Donnez-nous Votre Avis

Meilleurs Ventes: